La Guerre Tombée du Ciel

Auvergne-Rhône-Alpes

seconde Guerre mondiale

Virtuti Militari

La carrière du pilote polonais Wladyslaw Jan Potocki

Il y a quelques temps nous avons évoqué la carrière d’Aleksander Klemens Gabszewicz, as polonais, qui comme des milliers d’autres avait fui son pays vaincu pour continuer la lutte en France puis en Angleterre. 
Admirateurs inconditionnels de ces pilotes qui ne s’avouèrent jamais vaincus, nous vous présentons le destin hors norme de Wladyslaw Jan Potocki.

Il y a un peu plus de soixante-dix-huit ans mourrait le pilote et As français Joannès Cucumel. Le sergent-chef Cucumel originaire de Belley (Ain) est un pilote et « As » français avec neuf victoires confirmées à son actif, toutes obtenues durant la Campagne de France de 1940 ! Son parcours démontre, s’il le fallait encore, que les pilotes français étaient bien présents dans le ciel après l’invasion allemande du 10 mai et qu’ils ont courageusement participé à la lutte.  

Un pilote et commandant aux qualités exceptionnelles, titulaire de prestigieuses récompenses militaires décernées par quatre pays alliés, Aleksander Gabszewicz aura volé aux commandes d'au moins 8 avions de chasse différents, effectué 384 vols en mission et sera crédité de 9 victoires. 

Après le Débarquement du 15 août 1944 en Provence, les Alliés doivent, pour progresser, interrompre les sources d'approvisionnement ennemies. Le 16 août Robert Dudley Taylor, 21 ans, pilote américain sur P38, est chargé de viser le pont ferroviaire des Lussettes près du col de Lus-la-Croix-Haute (Drôme). 

Le 1er juin 1940, l'Allemagne lance une offensive aérienne sur la Vallée du Rhône et les ports méditerranéen. Deux pilotes notamment dont les appareils seront abattus ce jour-là luttent avec acharnement mais pas dans le même camp : côté français, le capitaine Jean Accart aux commandes d'un Curtiss H75 ; côté allemand, l'Oblat. Von Niebelschütz aux commandes d'un Junker 88. 

1941 et 1942 en Alsace-Moselle annexée : deux jeunes hommes de la région s'engagent dans la Luftwaffe mais leurs motivations sont radicalement différentes ; René Darbois fait partie des "Malgré nous" tandis que Charles Kern est volontaire...

Il y a quatre-vingt ans, le général de Gaulle lançait son célèbre appel. Un Français expatrié en Angleterre, Roger Borne, décide dès le mois de juillet de se rallier à la France Libre et de s'engager dans une toute nouvelle unité : les Forces Aériennes Françaises Libres, les FAFL.